Claire, conteuse stéphanoise

Claire, intéressée par l'univers des scénarios, s'est lancé en tant que conteuse, offrant à son public un véritable spectacle associant diction et gestuel.

Avant de se lancer en tant que conteuse, Claire travaille dans le milieu de l’audio-visuel, en Haute-Marne. Titulaire d’un diplôme d’art plastique, elle s’investit aussi dans le métier de scénariste. De retour dans la région stéphanoise pour des raisons personnelles, Claire travaille avec des scénaristes. Elle côtoie beaucoup le milieu collectif, du cinéma et du théâtre en bénévolat.

«  J’avais déjà l’idée d’être indépendante, faire ce que je veux. J’ai écrit une histoire courte sous forme de conte, et là, est né le désir d’agir seule sans contrainte. En allant au Salon des Entrepreneurs à Lyon j’ai rencontré l’Adie. Vu mon âge, on m’a parlé du programme Adie Créajeunes. J’ai donc participé à ce dispositif en faveur des jeunes créateurs et j’ai commencé  ma prospection pour présenter mon histoire. »

À travers ses contes, Claire établit un lien social fort qui permet l’éveil de l’imagination et facilite la compréhension du monde. En effet, Claire offre, en contant à son public, jeunes ou moins jeunes, un véritable spectacle associant diction et gestuel. Et, dans un monde de plus en plus connecté et virtuel, ce genre d’interprétation suscite l’imagination et la facilité de compréhension. Cette présentation interactive établit, entre la conteuse et le public, une relation humaine très appréciée.

« C’est très encourageant, aujourd’hui je sais que j’ai fait le bon choix. Je pense m’offrir une prime de Noël et un vrai salaire en septembre prochain. Ce bon augure m’autorise à envisager d’autres projets ! »
Claire
Conteuse

Très curieuse des origines et ramifications de mon métier, elle trouve sur Internet l’existence du Kamishibaï (théâtre de papier) d’origine japonaise.  En ouvrant les volets de ce théâtre en bois, le public découvre des illustrations figurant sur un ensemble de planches cartonnées numérotées racontant une histoire.

Ce métier de passeur d’histoires ne connaît aucune limite de création. « Sans l’Adie, je n’aurai pu réaliser la miniaturisation du kamishibaÏ, car l’investissement en matériel pour exécuter les ateliers est très important. En même temps, grâce à l’aide financière j’ai pu prospecter la clientèle au démarrage », confie Claire.

La conteuse envisage aussi de former de futurs lecteurs, peut-être avec l’association « lire et faire lire ». Elle ne tarit pas d’idées et de projets, et il n’est pas impossible que d’autres initiatives voient le jour prochainement !

 

Vous avez un projet ? Besoin de financement ?

Parlons-en !  0 969 328 110 du lundi à vendredi de 8h à 18h.

Simulez votre microcrédit avec l’Adie !

Partager sur