Regard croisé sur l’entrepreneuriat dans les quartiers

Thomas Guénolé, auteur du livre « Les jeunes de banlieue mangent-ils les enfants ? » et Sarah Ouattara, entrepreneuse de Seine-Saint-Denis, livrent un regard croisé sur leur vision de l’entrepreneuriat dans les quartiers.

« Je suis folle de mon territoire », souligne Sarah Ouattara, jeune entrepreneuse créatrice de Samara, conciergerie d’entreprise responsable et solidaire qui a vu le jour en avril 2016. « Samara est née d’une envie de permettre aux entreprises qui ont fait le choix de s’implanter en Seine-Saint-Denis d’en découvrir ses formidables ressources. »

Elle s’investit tous les jours dans le développement de sa boîte mais aussi de son territoire, et considère que les entreprises doivent travailler avec leur environnement. Sarah fédère ainsi un réseau de plus d’une cinquantaine d’entreprises « toutes issues de son territoire. Le but, c’est de faire vivre un écosystème. »

Convaincue des incroyables talents des entrepreneurs de son territoire, elle partage pour l’Adie sa vision sur l’entrepreneuriat dans les quartiers avec Thomas Guénolé, politologue, auteur du livre « Les jeunes de banlieue mangent-ils les enfants ? », ouvrage dans lequel, il déconstruit le « mythe du monstrueux jeune de banlieue », qui selon lui est devenu l’ogre des temps modernes pour la société française.

Pour lui, c’est essentiel de remplacer les clichés par la réalité : 98 % des jeunes de banlieue ne sont ni délinquants, ni dans des bandes. De ceux-là, on ne parle jamais. « Ce que je trouve formidable c’est qu’après tant d’années avec tellement de discrimination, il y a encore une masse énorme de jeunes de banlieue qui sont demandeurs de réussir par leurs mérites, par leur travail et qu’on leur donne enfin la chance. »

Partager sur